Centre d’apprentissage – FAQ

Conseils d’achat

Certifications & Associations

ENERGY STAR

Conseils d’installation

Nettoyage & entretien

Avantages du vitrage énergétique

Norme NAFS 08
Cote DP/CP

Norme EGRESS
Sortie d’urgence

Comment réduire la condensation
dans vos vitres ?

Conseils d’achat

L’achat de nouvelles fenêtres constitue un investissement important. Il s’agit d’un produit méconnu que l’on se procure rarement. Nous espérons que les conseils énoncés ci-après sauront vous guider.

1– Dois-je me procurer de nouvelles fenêtres pour ma maison ?

Répondez aux questions suivantes :

Y a-t-il des signes que vos fenêtres ont atteint la fin de leur vie utile ? tels que :

  • Thermos descellés (buée entre les vitres)
  • Pièces de quincaillerie inopérantes (ex : incapacité à ouvrir ou fermer un volet)
  • Présence de pourriture
  • Coupe-froid endommagés

Vos coûts de chauffage sont-ils supérieurs à ce que vous vous attendiez ?

Y a-t-il des infiltrations d’air par vos fenêtres ? Les stores ou rideaux bougent-ils même si la fenêtre est en position fermée ?

Si vos fenêtres ont plus de 20 ans, il est possible que le moment soit venu de procéder à leur remplacement. De nouvelles fenêtres amélioreront à coup sûr l’apparence et la fonctionnalité de votre maison. Gardez à l’esprit que le remplacement de vos fenêtres est l’une des rénovations dont le retour sur investissement est le plus élevé (après la rénovation de la cuisine et de la salle de bain). Lors d’une mise en vente, votre propriété trouvera plus facilement preneur si les fenêtres ont été remplacées.

2 – Je désire remplacer les fenêtres chez moi, par où commencer ?

Procurez-vous une chemise ou tout autre mode de classement où vous pourrez classer la documentation que vous allez recueillir : dépliants, soumissions, garanties quand le projet sera complété, etc.

Maintenant posez-vous les questions suivantes :

Combien de fenêtres vais-je remplacer ? Toutes ou seulement quelques-unes ? Faites une liste des fenêtres que vous désirez remplacer, leur emplacement, ainsi que leurs dimensions approximatives.

Quel est mon budget ? Il est préférable d’établir votre budget maximal avant de recueillir des soumissions. En procédant ainsi, vous serez rapidement en mesure d’évaluer le nombre de fenêtres que vous voulez remplacer.

De quelle façon allez-vous payer ? Comptant, marge de crédit, crédit hypothécaire, etc.

Vérifiez auprès de votre municipalité si des dispositions particulières s’appliquent à votre projet de rénovation.

3 – J’ai fait mes devoirs, quelle est la prochaine étape ?

Il est maintenant temps de débuter la recherche sur les entreprises potentielles. Il existe au Québec des centaines de points de vente potentiels. Vous devez restreindre votre recherche.

Demandez à vos amis, collègues de travail si récemment, ils ont remplacé leurs fenêtres ? Ils ont fait affaires avec qui ? Comment ça s’est passé ? Sont-ils satisfaits du résultat final ? Recommandent-ils l’entreprise ?

Il est important pour vous d’utiliser leur expérience pour vous aider à prendre des décisions éclairées.

Effectuez aussi une recherche sur internet. Découvrez quelles sont les entreprises, dans votre région, qui peuvent remplacer vos fenêtres. Le nombre d’entreprises à considérer peut varier selon le temps que vous êtes prêt à investir. Quatre ou cinq entreprises nous semblent un nombre suffisant. Analysez ces entreprises plus en profondeur.

Facteur à considérer

  1. Services / produits offerts ?
  2. En affaires depuis combien de temps ?
  3. Contenu de leur site internet ?
  4. Quelles sont leurs particularités ?
  5. Assurez-vous de comparer la même chose ex : garanties

Vous pouvez vérifier si l’entreprise fait l’objet de plaintes auprès de l’Office de la protection du consommateur à la section « Renseignez-vous sur un commerçant » au www.opc.gouv.qc.ca

Pour vérifier si l’entreprise possède une licence en règle (pour installer vos nouvelles fenêtres) ou si celle-ci a été suspendue, allez sur le site de la Régie du bâtiment du Québec au www.rbq.gouv.qc.ca

Le but de cet exercice est de choisir deux ou trois entreprises qui vont soumissionner sur votre projet.

4 – J’ai sélectionné deux ou trois entreprises, quelle est la suite ?

Vous êtes maintenant prêt à recueillir des soumissions. Nous désirons attirer votre attention sur l’importance du vitrage énergétique. Même si votre budget est limité, veuillez toujours munir vos nouvelles fenêtres d’un tel vitrage. Les avantages du vitrage énergétique excèdent largement l’investissement supplémentaire requis.

Si le personnel de l’entreprise banalise cet aspect, interrogez-vous sur leur niveau de compétence. La seule exception à cette règle est si vous prévoyez vous départir de votre propriété à court terme. Le code du bâtiment qui exige l’utilisation du vitrage énergétique pour les constructions neuves ne s’applique pas à la rénovation.

Également, demandez uniquement des soumissions pour des produits dont le cadre en PVC est d’au moins 4 ½’’. Si l’épaisseur de vos murs le permet, choisissez des cadres en PVC encore plus larges comme  5 ½’’, 5 ¾’’, 6 ½’’, etc.

Pour votre confort et pour réduire les risques de condensation il est primordial de positionner le thermos dans la partie isolée du mur. Les cadres en PVC plus larges permettent d’atteindre cet objectif.

Déplacez-vous dans les locaux des entreprises. Voyez de visu leurs produits, rencontrez leur personnel. Exigez de voir le produit que l’on vous recommande. Quelle impression avez-vous de la rencontre ? Faites confiance à votre intuition.

Si vous n’avez pas en main les dimensions des fenêtres à remplacer quelqu’un de l’entreprise se déplacera chez vous pour la prise de mesures.

Méfiez-vous des vendeurs à pression. Il s’agit d’un indice qui devrait vous inciter à choisir une autre entreprise.

5 – Comment évaluer les soumissions et choisir la meilleure entreprise ?

Il est important de considérer les avantages délivrés par chaque soumission. Vous devez considérer la qualité et le prix. Il est tout à fait normal d’être sensible au prix; cependant rappelez-vous qu’il s’agit d’un investissement pour les 20 prochaines années.

Identifiez quelle entreprise offre la meilleure combinaison de : prix, qualité des produits, installation professionnelle, service à la clientèle, garanties, niveau de confiance que l’entreprise vous inspire.

Il y a deux points essentiels sur lesquels vous devez vous concentrer :

1 – Le produit : recherchez l’équilibre entre son rendement énergétique (Facteur RE) et les résultats aux tests structuraux (Norme NAFS 08).

Les tests thermiques accordent une très grande importance au gain thermique provenant de l’unité scellée.

Pour une même dimension de fenêtre, le système dont les profilés sont les plus étroits est avantagé au niveau énergétique (plus de gain solaire). Ceci est illogique, car les produits de qualité risquent fort d’être dotés de profilés en PVC plus massifs (plus de matériel).

Pour ENERGY STAR, plus le cadre et le(s) volet(s) d’une fenêtre sont petits/étroits, meilleur est son rendement énergétique, car la surface vitrée est plus grande. C’est pourquoi souvent le facteur RE des coulissants/guillotines est plus élevé que pour une fenêtre à battant. Il est important de toujours comparer des produits de même modèle : battant avec battant, coulissant avec coulissant, etc.

Au Canada, les tests thermiques sont réalisés pour tous les systèmes de fenêtres. Une seule dimension est testée (ex : pour battant 600 mm largeur x 1500 mm hauteur) et un seul facteur RE est obtenu. Vos fenêtres ont évidemment des dimensions différentes par rapport à celles testées et leur facteur RE sera probablement légèrement différent.

Ainsi, il est peu avisé de fonder son choix uniquement sur le facteur RE d’une fenêtre. En vérifiant aussi la performance de la fenêtre aux tests structuraux (cote DP / CP), vous aurez une meilleure idée de la qualité réelle du produit.

2 – L’installation : Le meilleur produit au monde ne vous donnera pas satisfaction si celui-ci a été mal installé. Accordez autant d’importance à l’installation qu’au produit lui-même.

Le contrat qui sera conclu entre vous et l’entreprise choisie est primordial. Le contrat devrait inclure :

  • Cédule de paiement : acompte, etc.
  • Qui va s’occuper de l’installation
  • Échéancier : quand les travaux seront réalisés
  • Dimensions et localisation de chaque fenêtre
  • Qui se charge des rebuts / déchets à la fin de l’installation
  • Détails sur les options de chaque fenêtre

Pour éviter de mauvaises surprises et des frais pour vous et/ou l’autre partie, vérifiez avant de signer le contrat les options retenues pour chaque fenêtre :

  • Dimensions (toujours mentionner en premier la largeur et ensuite la hauteur)
  • Sens d’ouverture des fenêtres à battant ou coulissante (vue de l’extérieur)
  • Épaisseur de soufflage, soit l’épaisseur de mur
  • Type de vitrage : énergétique, givré, triple, etc.
  • Type de carrelage
  • Présence d’une moulure à brique et si les dimensions comprennent ou non la moulure à brique
  • Peinture

6 – Mon choix est fait, le contrat est signé. Quoi d’autre à savoir ?

Soyez présent lors de l’installation, au moins au début. Malgré tous vos efforts, il est possible que des décisions doivent être prises sur le chantier. Votre présence facilitera les choses.

L’installateur doit vérifier une dernière fois les dimensions d’une nouvelle fenêtre avant de remplacer l’ancienne. Lorsque pour la retirer d’une ouverture une fenêtre existante a été mise en pièces, il est trop tard pour découvrir une erreur de mesure. Si l’installateur ne procède pas à cette vérification, veuillez le lui rappeler.

Dès que l’installation est finalisée, retirer dès que possible les étiquettes qui sont collées dans les vitres. Conservez les étiquettes relatives au programme ENERGY STAR.

Quand le projet est complété, assurez-vous de recevoir et de classer dans votre chemise les documents suivants :

  • Copie du contrat
  • Copie de la garantie
  • Reçu prouvant le paiement final
  • Étiquettes ENERGY STAR

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à relaxer et profiter de la vue.

Certifications & Associations

AVFQLogoCouleur-2

title-slide-french
Certification ENERGY STAR

igma-logo

Certification IGMA (Insulated Glass Manufacturers Association)

Il s’agit d’une association qui représente les intérêts de l’industrie des fabricants d’unités scellées à travers le monde. L’un des buts de cette organisation est de favoriser le développement et la promotion de nouvelles technologies visant la fabrication d’unités scellées. IGMA développe également des codes, des standards et gère un programme de certification. Tous les fabricants d’unités scellées (thermos) doivent être certifiés IGMA si celles-ci sont destinées au marché de la fenestration au Canada.

ENERGY STAR

Certification ENERGY STAR

Les fenêtres certifiées ENERGY STAR permettent de réaliser des économies intéressantes sur les coûts de chauffage. L’achat de fenêtres certifiées ENERGY STAR donne aussi droit à des avantages monétaires lorsqu’un programme de subvention est en vigueur (exemple par le passé : EcoRénov, LogiRénov).

Une étiquette est apposée sur chaque fenêtre qui rencontre la norme ENERGY STAR. Cette étiquette précise entre autre la zone d’admissibilité de la fenêtre. Cette information est essentielle afin que vous puissiez choisir la meilleure fenêtre possible selon votre zone de résidence. Il existe, au Canada, trois zones (1/2/3) tel que montré à la carte ci-jointe des zones climatiques du Canada.

Il est toujours préférable de choisir un modèle de fenêtre qui est certifié ENERGY STAR pour la zone où la fenêtre sera installée ou pour une zone plus froide.

Une fenêtre dont l’étiquette spécifie zone 2 peut être installée dans cette zone, mais aussi dans la zone 1. Cependant, cette fenêtre ne rencontre pas les exigences d’efficacité énergétique requise pour la zone 3. Évidemment, un consommateur en zone 3 peut installer chez lui une fenêtre certifiée zone 2. Cependant, il n’aura pas droit aux subventions le cas échéant. De plus, son niveau de satisfaction envers le produit sera probablement moyen : coûts de chauffage supérieur, condensation accrue, etc.

Mentionnons que depuis l’adoption du nouveau code du bâtiment 2010, les fenêtres destinées au marché de la construction neuve doivent absolument être certifiées ENERGY STAR.

Méthodologie utilisée pour obtenir les résultats

Une fenêtre est expédiée à un laboratoire indépendant. Un test physique est ensuite effectué avec le meilleur verre disponible (exemple thermos triple 2 low-e/2 argon). À partir de ce résultat, à l’aide d’un logiciel, une simulation est effectuée pour toutes les autres configurations de verre (exemple : thermos double low-e, avec ou sans carrelage, etc.).

Les résultats de cette simulation sont expédiés sous forme de rapport à notre organisme de certification qui est NFRC (National Fenestration Rating Council). NFRC reprend les données en provenance du laboratoire dans un logiciel spécialement conçu à cet effet et procède à toutes les vérifications requises. Lorsque tous les résultats sont concluants, NFRC procède à l’émission d’un certificat qui nous octroi un numéro par type de produit.

Dès la réception du certificat NFRC, notre personnel peut compléter le chiffrier ENERGY STAR conçu par Ressources Naturelles Canada. Pour ce faire, nous utilisons à la fois le certificat NFRC et le rapport en provenance du laboratoire (nous en recevons aussi une copie). Lorsque le chiffrier est complété, il est expédié à Ressources Naturelles Canada.

Ressources Naturelles Canada procède alors à une vérification dans la banque de données de NFRC. Si toutes les données sont conformes, Ressources Naturelles Canada nous retourne le chiffrier approuvé avec un numéro ENERGY STAR par produit. Nous sommes alors publiés sur leur site avec les facteurs RE, les zones d’admissibilité par produit et certaines autres données relatives au rendement de la fenêtre. Cependant, c’est la cote RE d’un produit qui détermine sa zone d’admissibilité.

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez consulter le site de Ressources Naturelles Canada au www.oee.rncan.gc.ca.

Note : Sur le site de Ressources Naturelles Canada, vous pouvez connaître votre zone climatique grâce à votre code postal. Il s’agit d’aller sous l’onglet « Trouver votre zone climatique ENERGY STAR » et en entrant votre code postal la zone climatique qui s’applique à vous apparaîtra à l’écran.

Vous pouvez également aller sur notre onglet « Vivez la différence : thermos fabriqués à l’interne » et cliquer sur Découvrez votre zone climatique. Nous avons déjà établi le lien avec le site de Ressources Naturelles Canada.

Éconergétique ne signifie pas sans condensation

Les produits certifiés ENERGY STAR sont éconergétiques, mais cela ne signifie pas que ceux-ci seront toujours exempts de condensation. En général, un produit de fenêtrage éconergétique permet moins l’accumulation de condensation qu’un modèle standard, mais « moins » ne signifie pas « pas du tout ».

Pour réduire les risques de condensation veuillez vous référer à l’onglet du Centre d’apprentissage intitulé : « Comment réduire la condensation dans vos vitres ».

Avantages du vitrage énergétique

Vitrage énergétique

Autres termes utilisés :

  • Verre low-e (signifie low emissivity)
  • Low-e/argon (l’argon est un gaz inerte qui possède une capacité isolante légèrement supérieure à l’air).

Trois composantes d’une unité scellée (thermos) performante au niveau énergétique :

  • 1. Enduit low-e; il s’agit d’une pellicule métallique apposée sur l’une des vitres. Deux sortes : durs et mous. Les verres low-e à enduits mous ont une meilleure capacité isolante (facteur R plus élevé) mais leur gain thermique est moindre. Les nouvelles normes Energy Star accordent beaucoup d’importance au gain solaire ce qui a favorisé le retour en force des verres low-e à enduit dur.
  • 2. Présence d’un gaz inerte plus lourd que l’air, généralement l’argon.
  • 3. Intercalaire non-conducteur, dans notre cas, le Super Spacer Premium. Auparavant, l’intercalaire était en aluminium. Ce métal est malheureusement très conducteur de froid.

Avantages du vitrage énergétique

  • Minimise les pertes de chaleur;
  • Économies sur les coûts de chauffage;
  • Permet d’accroître le niveau d’humidité intérieur sans formation de condensation sur les vitres (meilleure résistance à la condensation);
  • Confort accru, la température de la vitre intérieure étant plus élevée, vous ressentez moins de froid près des fenêtres (souvent causé par le phénomène de convection);
  • Absorption plus grande des rayons UV qui décolorent les meubles, tapis, etc. L’enduit low-e agit comme un filtre devant ces rayons;
  • Isolation sonore légèrement supérieure à cause du gaz argon qui est plus lourd que l’air.

Nettoyage et entretien

Conseils d’entretien – Fenêtres en PVC

1er nettoyage

Nettoyer les fenêtres dès que l’installation est terminée pour enlever les saletés causées par les travaux de construction.

Entretien PVC

Nettoyer vos fenêtres deux fois par année, idéalement au printemps et à l’automne, avec un linge doux et propre. Le PVC doit être nettoyé avec un détergent doux (ex : savon à vaisselle) ou conçu pour le PVC.

Entretien quincaillerie et coupe-froid

Pour nettoyer les pentures, vous devez utiliser un linge humide. Il est recommandé d’appliquer un lubrifiant à base de silicone (Jig-a-loo®) deux fois par année, idéalement au printemps et à l’automne, sur les pièces de quincaillerie (pentures, barrures, opérateurs, balances, roulettes) et sur les coupe-froid. Ceci facilitera l’ouverture et la fermeture des volets.

Moustiquaires

Pour toutes les fenêtres à battant, il est conseillé d’enlever les moustiquaires durant l’hiver. L’absence des moustiquaires favorise la circulation d’air et réduit les risques de condensation. Pour les fenêtres coulissantes et guillotines, cette précaution évitera les bris dû à l’accumulation de neige car la moustiquaire se trouve à l’extérieur de l’habitation pour ces produits.

Verre

Les thermos peuvent être nettoyés avec un produit commercial (ex : Windex®)

 Mesures préventives

Durant l’hiver, il est recommandé de laisser le plus possible les stores et rideaux ouverts pour réduire les risques de condensation.

À l’extérieur, vérifier régulièrement l’état des joints d’étanchéité au pourtour de la fenêtre et refaire ceux-ci le cas échéant.

Ne pas peindre les pièces de vinyle, quincaillerie et autres accessoires afin de ne pas compromettre le bon fonctionnement du produit.

Pour éviter les problèmes de condensation intérieure, veuillez vous référer au tableau suivant :

Conseils d’installation

1 – Positionnement, ajustement et fixation

Cette étape est très importante quant aux performances qu’offrira la fenêtre par la suite. Sans la fixer définitivement, la fenêtre est mise en place à l’endroit idéal dans l’ouverture. Il est très important de toujours installer une fenêtre en retrait vers l’intérieur (minimum ¼’’) par rapport à la finition extérieure. Cela a pour but de réduire les pertes de chaleur ainsi que la condensation à l’intérieur. Il est préférable de laisser les volets dans le cadre afin de vérifier qu’il n’y ait aucune pression et que les ouvrants opèrent librement. Vérifier le jour tout autour du volet afin qu’il soit égal et corriger s’il y a lieu.

Il y a trois points importants à observer : Jeu, équerrage et niveau.

Le jeu signifie qu’une fois installée, la fenêtre doit pouvoir accepter sans être coincée, les mouvements normaux de charpente.

L’équerrage s’obtient en installant les cales sur les jambages de 4 à 6 pouces des coins pour permettre l’expansion thermique. Les cales doivent être coupées plus courtes que l’épaisseur totale de la fenêtre afin de permettre une meilleure isolation. Ne jamais mettre de cales à la tête des fenêtres.

Enfin, les fenêtres doivent être de niveau c’est-à-dire, que les coins doivent être parfaitement à 90 degrés car cela est essentiel pour assurer un bon fonctionnement.

Il faut caler la fenêtre au niveau du seuil, aux extrémités et au centre vis-à-vis le ou les meneaux. Il est essentiel que le seuil soit parfaitement au niveau et droit, ainsi que les jambages.

L’évaluation finale consiste à mesurer le haut et le bas, ainsi que le centre de la fenêtre tel qu’indiqué par les points a, b et c et s’assurer que les dimensions soient identiques. Il faut vérifier également que les deux diagonales soient identiques (voir le point d).

Fixer le cadre au mur en vissant à travers le bois de soufflage intérieur et les cales ou en utilisant les feuillards d’installation si la fenêtre n’est pas soufflée.

7291a738-3302-4ac8-bba2-584118766559

2 – Isolation

Un produit isolant (mousse ou laine minérale) doit être appliqué partout sur le périmètre de la fenêtre et sur toute la profondeur du mur. Pour éviter la déformation du cadre, ne mettez pas excessivement de matériaux isolant. Si vous utilisez une mousse, veuillez choisir celle à faible expansion afin d’éviter une déformation du cadre. Apportez un soin particulier pour ne pas faire déborder l’uréthane (mousse isolante) sur les surfaces de PVC ou d’aluminium. Les composantes chimiques de l’uréthane vont endommager les finis de surface. L’efficacité énergétique de la fenêtre sera réduite en cas de mauvaise isolation.

3 – Finition extérieure

Le calfeutrage assure l’étanchéité à l’eau des cadres. Vous devez apporter un soin particulier à l’état des solins. Selon le cas, vous devez utiliser un produit de calfeutrage compatible avec le PVC dont l’élasticité accepte sans décoller les différences de dilatation des matériaux en place. La dimension du joint est très importante car trop mince, le joint manque d’adhérence et trop épais, il manque d’élasticité.

4 – Moulure à brique

Lorsqu’une fenêtre est installée dans la brique, la moulure à brique doit toujours être en retrait vers l’intérieur, celle-ci ne doit pas excéder le revêtement extérieur. Cette recommandation est nécessaire dans le but d’éviter tout risque d’infiltration d’eau dans le mur. Cette façon de procéder permet également une meilleure isolation et un rendement énergétique supérieur.

5 – Moulure à revêtement

Dans le cas d’une moulure à revêtement, celui-ci vient s’insérer dans l’ouverture prévue à cet effet. Naturellement, la moulure à revêtement excède l’épaisseur du mur mais les risques d’infiltration d’eau sont alors inexistants.

Par ailleurs, veuillez prendre note que les côtés de la moulure à brique ne sont pas considérés comme une partie esthétique de la fenêtre (censé être caché dans le mur). Les côtés de la moulure à brique peuvent être égratignés dans le transport ou lors de l’installation.

6 – Rejet d’eau

À la tête d’une fenêtre, il doit toujours y avoir un rejet d’eau qui excède d’au moins un pouce la largeur de la fenêtre

7 – Solage

Lorsqu’une  fenêtre est installée dans un solage de béton, le crépi devrait excéder la fenêtre de façon à recouvrir toute la surface au périmètre du cadre extérieur.

Norme NAFS 08 – Cote DP/CP

Norme NAFS 08 et cote DP/CP

La norme NAFS remplace les dispositions contenues à CSA-A440. Cette norme est issue du besoin d’harmoniser la règlementation canadienne et américaine traitant des produits de fenestration.

La norme NAFS 08 est en vigueur, au Québec, depuis juillet 2015. L’année 2016 est une période transitoire pour permettre aux manufacturiers d’implanter le processus d’étiquetage.

Terminologie

NAFS 08 : North American Fenestration Standard
(Norme Nord-Américaine pour les produits de fenestration)
08 représente l’année d’édition. La version 2008 est actuellement en vigueur.
DP : Design Pressure (anglais): termes généralement employés dans l’industrie pour décrire les niveaux de performances
CP : Catégories de performances (français) : équivalent du terme DP

La norme NAFS évalue les éléments suivants

Infiltration et exfiltration d’air
Résistance à l’infiltration d’eau
La pression nominale positive et négative, c’est-à-dire de l’extérieur vers l’intérieur et de l’intérieur vers l’extérieur.

La fenêtre d’essai est soumise à plusieurs tests et les performances obtenues relativement aux critères ci-haut mentionnés sont consignées.

Les résultats obtenus pour l’infiltration / l’exfiltration d’air sont notés à part et ne sont pas compris dans le DP (CP).

Le DP (CP) d’un produit est obtenu en utilisant le moins bon des résultats enregistrés aux deux autres tests soit : résistance à l’infiltration d’eau et pression normale. Voilà pourquoi le DP (CP) compte un seul nombre malgré le fait que trois types de tests sont réalisés. Plus le chiffre est élevé, meilleur est le rendement de la fenêtre.

Les classes de performance sont les suivantes

R Généralement utilisé pour les logements de faible hauteur destinées à une ou deux familles.

LC Généralement utilisé pour les logements multifamiliaux de faible hauteur, les bureaux professionnels de faible hauteur (docteur, avocat, dentiste), les bibliothèques, et motels de faible hauteur.

CW Généralement utilisé pour les bâtiments industriels et les usines, les hôtels, et les bâtiments de ventes au détail, les hôpitaux, les écoles, les bâtiments gouvernementaux ou publics.

AW Généralement utilisé pour les hôpitaux, les écoles, les établissements, et les bâtiments publics, ou pour les bâtiments en hauteur où des conditions de chargement accru sont à prévoir. Aussi utilisé pour les bâtiments où l’abus physique des produits de fenestration est à prévoir.

Nos fenêtres à battant atteignent les performances minimales requises pour les classes R et CW. Nos fenêtres coulissantes et guillotines ont été conçues pour le secteur résidentiel (classe R) et pour des hauteurs de construction qui n’excèdent pas 10 mètres (immeuble de 3 étages).

Le tableau ci-contre exprime les performances minimales requises par classe de performance.

Il existe un calculateur NAFS dont les critères sont les suivants :

Par ville : 679 localités répertoriées au Canada
Par hauteur : 10m à 100m échelonnées aux 5m à partir du sol
Type de terrain : À découvert ou rugueux (ex : en ville ou terrain boisé)

Le tableau ci-contre énonce les performances atteintes par nos produits pour certaines dimensions.

Norme EGRESS
Sortie d’urgence

Norme EGRESS

Cette norme vise les sorties d’urgence en cas d’incendie. À moins que des gicleurs soient installés ou que la pièce comporte une porte donnant sur l’extérieur, toute chambre doit compter au moins une fenêtre extérieure.

Cette fenêtre doit :

S’ouvrir de l’intérieur sans clé, ni outils, ni connaissances spéciales
Être suffisamment grande
Et être facilement accessible

La norme s’applique à toutes les chambres à coucher peu importe où elles sont situées (sous-sol, étage, etc.).

L’ouverture doit respecter les paramètres suivants (sans enlever le.s volet.s) 

Aucune dimension (largeur ou hauteur) ne doit être inférieure à 15’’ (380 mm)
La superficie doit être d’au moins 3.77 pi2 (0.35 m2)

Ex :
Ouverture de 16 x 16’’ 1.78 pi2 – Norme EGRESS non-rencontrée
Ouverture de 16 x 40’’ 4.45 pi2 – Norme EGRESS rencontrée

Cette norme s’applique pour les constructions neuves et la rénovation. Nous vous suggérons de toujours vous informer auprès de votre municipalité. Certaines municipalités ont des exigences supérieures à la norme EGRESS (ex : Code des pompiers, ouvertures minimales requises plus grandes, etc.)

Pour vous aider à respecter la norme EGRESS, vous pouvez demander l’option « Penture EGRESS ». Pour une même dimension de fenêtre à battant cette penture permet d’obtenir une ouverture plus grande. Cependant, si la fenêtre est trop petite, même l’ajout d’une penture EGRESS ne permettra pas de respecter les exigences requises en matière de sortie de secours.

Par ailleurs, nous vous conseillons d’utiliser la penture EGRESS uniquement où elle est requise. Les désavantages de cette penture sont les suivants :

  1. Le fonctionnement de l’opérateur lors du cycle d’ouverture / fermeture du volet n’est pas aussi fluide;
  2. En position ouverte le volet se rapproche davantage du cadre ce qui rend plus difficile le nettoyage de la fenêtre par l’intérieur (le bras ne peut pas passer entre le cadre et le volet).

Comment réduire la condensation
dans vos vitres ?

L’installation de nouvelles fenêtres cause parfois l’apparition de condensation sur les vitres intérieures. En effet, de vieilles fenêtres qui ne sont plus étanches permettent un échange d’air avec l’extérieur. En hiver, l’air froid qui s’infiltre est plus sec et vient réduire le taux d’humidité intérieur.

Pour connaître les facteurs qui favorisent l’apparition de condensation et les solutions pour réduire / éliminer celle-ci, nous vous référons à l’excellent article de la SCHL plus particulièrement les pages 1 à 5 et 20 et 21.

Pour obtenir un équilibre entre votre confort et le contrôle de la condensation vous pouvez vous référer aux balises ci-dessous :

Taux d’humidité relative

Taux recommandés par le milieu médical : 40% à 60%
Taux minimum pour le confort des occupants : 30%
Taux maximum pour le confort des occupants : 60%
En hiver taux maximum recommandé par la SCHL : 45%

C’est par grands froids qu’il faut porter une attention particulière au taux d’humidité et à son contrôle si l’on veut prévenir l’apparition de condensation. Le tableau ci-dessous décrit les taux d’humidité recommandés en fonction de la température extérieure pour éviter la condensation.

taux-humidite

L’occupant qui désire empêcher la formation de condensation sur ses vitres doit composer avec les défis qu’impose la rigueur de notre climat.

Le niveau d’humidité peut être contrôlé grâce à un échangeur d’air (système de ventilation mécanique). Pour éviter des frais de chauffage importants, veuillez choisir un modèle avec récupérateur de chaleur. Il est primordial que votre échangeur d’air soit bien ajusté. La quantité d’air expulsé doit être égale à la quantité d’air qui entre. Il faut éviter les différentiels de pression entre l’intérieur et l’extérieur de l’habitation. Ces différentiels de pression favorisent l’infiltration d’air froid (maison en pression négative) et l’apparition de glace.

Votre échangeur d’air doit être ajusté deux fois l’an, en été et en hiver par un entrepreneur spécialisé en ventilation.

Par ailleurs, si vous êtes propriétaire d’une habitation récemment construite, les risques de condensation sont plus importants dans votre cas. Les matériaux incorporés à une construction neuve sont généralement insuffisamment secs. Ces matériaux dégagent une quantité importante d’humidité. Il faut compter jusqu’à 4 ans avant que la situation ne se stabilise.

Finalement, l’utilisation d’un thermos triple qui comporte un ou deux enduits low-e et du gaz argon permet de mieux contrôler l’apparition de condensation. Malheureusement, un coût est attaché à cet avantage. Une solution intéressante consiste à choisir le thermos triple pour les fenêtres situées sur la face nord de l’habitation. Les autres fenêtres pourront être munies d’un thermos double avec low-e / argon.